Ce que murmure votre voix intérieure pour vous faire réussir

« Je peux le faire »

Quel que soit le contexte ce qui compte davantage que tout c’est la manière dont vous abordez les situations, le simple fait de penser que vous allez y arriver vous conditionne favorablement. ça vous enlève le réflexe de peur et de doute et ça libère une énergie d’entraînement qui vous rend créatif et vous incite à passer à l’action pour essayer, mettre en place, tester et aboutir à une solution.

« Je peux le faire » c’est tout le contraire de « C’est pas pour moi », « J’y arriverai jamais »… En plus d’être positif pour vous, c’est très motivant pour ceux qui vous entourent. Votre détermination motive les autres et les met en confiance, les énergies se combinent et vous n’êtes plus seul pour résoudre le problème. Vis-à-vis de vos supérieurs hiérarchiques et de vos partenaires, vous devenez celui qui se dépasse, là où les autres s’arrêtent. C’est évidemment tout de suite plus valorisant qu’être celui qui hésite, qui se demande si … et qui pendant tout le temps de cette réflexion n’a pas fait un seul pas en avant ….

«  Je n’ai jamais fait, mais je vais essayer »

Alors que beaucoup de gens vont vous expliquer qu’on n’a jamais fait comme ça et qu’ils ont toujours fait autrement, soyez de ceux qui tentent et qui avancent sur un nouveau chemin. Ceux qui réussissent suivent leur intuition pour explorer de nouvelles voies.

Il n’y a pas de fatalité, ce n’est pas parce qu’on a toujours fait comme ça, qu’il faut forcément continuer. Au contraire la seule certitude de demain est l’improbable de d’aujourd’hui. Nous sommes dans un monde en perpétuelle mutation, il faut soi-même s’entrainer à faire évoluer ses propres repères.

« Une étape après l’autre »

L’instantanéité à ses limites, toujours accélérer parce qu’on est pressé n’est sans doute pas la meilleure allure. Je connais beaucoup de gens qui vont si vite qu’ils en oublient de respirer, et bien souvent on doit aussi refaire ce qu’on a trop vite fait le premier coup, parce qu’on était pressé de réussir. Finalement on prend deux fois le temps qu’il fallait pour soit disant aller plus vite.

Ceux qui réussissent savent prendre le temps qu’il convient. Ils savent se « hâter lentement » et faire ce qu’ils ont à faire une étape après l’autre. Certains ont appelé ça l’éloge de la lenteur, il s’agit seulement de trouver le bon tempo, la juste mesure du temps.

« C’est bon pour moi »

Tout n’est pas toujours écrit et défini à l’avance, mais il y a ceux qui savent saisir les opportunités qui passent à leur portée. Bien sûr il ne s’agit pas de courir après tous les lièvres qui passent, mais il s’agit d’avoir l’esprit souple et de savoir étendre ses domaines d’action pour marquer des points.

Les entreprises sont de plus en plus gouvernées sur le mode transverses, les définitions de fonction sont floues et mouvantes. Il y a ceux qui luttent pour faire officialiser les limites de leur mission et il y a ceux qui avancent, qui surfent même, dans ces environnements incertains pour en tirer le meilleur parti et tracer leur route.

N’attendez pas ! et pensez plus souvent que « c’est bon pour moi ». Avancez ! Votre énergie fera bouger les lignes et vous apparaîtrez comme une personne ressource. ça vous rendra immédiatement beaucoup plus intéressant que ceux qui pointent pas à pas ce qui est ou ce qui n’est pas dans le cadre de leur mission.

« Ça va le faire »

Ne laissez pas les circonstances et votre environnement vous miner le moral. Ceux qui réussissent savent instantanément trouver la face au soleil plutôt que de se lamenter du revers des situations. Ce n’est pas en se plaignant de son sort qu’on progresse mais en sachant trouver dans notre condition les ressorts qui déclenchent le succès.

Comme disait Sénèque « Ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, mais parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles » Réfléchissez à comment vous abordez les situations. La moindre pensée de difficulté assombrit votre ciel. Au contraire votre optimisme et votre confiance vous placent spontanément sur la voie de la créativité et des solutions, ce qui donne aux choses une tournure positive et fait naitre les solutions.

« J’ai besoin de vous »

Ceux qui réussissent savent s’entourer, osent solliciter les autres dans un esprit gagnant-gagnant de valorisation mutuelle. Ils savent qu’on ne réussit pas seul dans son coin, ils construisent des réseaux de relations pour stimuler leur créativité, recueillir des feedbacks, tester leurs idées.

D’après le proverbe africain : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Celui qui réussit sait tout ce qu’il a à gagner en inscrivant sa démarche dans la synergie d’une équipe.

 

Denis Thuillier

Président de la Commission : Développement de la performance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.